Electricité (2 jours).

01/06/2019

A plusieurs reprise, depuis la mise en place des cloisons de l'étage, notre chef de chantier nous demande si l'électricien est bien venu à notre rencontre pour fixer un RDV.  Il aura fallut un peu de temps, puisqu'il n'est venu vers nous que le Mercredi 22/05.  Et le rendez-vous a eu lieu finalement le jour de l'arrivée des chauffagistes (le lundi 27/05). 

Lors de ma conversation téléphonique avec le chef de chantier le Mardi 28/05, celui-ci m'apprend que l'électricien devrait suivre et que le plafonnage aura lieu le Mardi suivant (04/06). 

Sauf que lors de notre rencontre avec l'électricien le jour précédent, celui-ci nous avait indiqué qu'il ne ferrait rien avant le Lundi de la semaine suivante (en effet, le chauffagiste n'aura terminé que le Mercredi, et le Jeudi est férié... Il allait donc "faire le pont" et commencer Lundi). 

Le jour même de notre contact téléphonique avec le chef, celui ci nous envoie un e-mail  (concernant notamment la modification de l'emplacement des radiateurs, voir article précédent) et nous indique que : 

Suite à contact avec l'électricien, ce dernier serait en attente de plans de votre part. De manière à assurer une continuité avec le plafonneur, pouvez vous assurer ce suivi aussi vite que possible svp. Le plafonneur étant dispo mardi 28, si l'électricien n'a pas la possibilité de venir avant, nous perdrions au minimum 1 semaine sur le timing". 

Hors, tout avait été réglé le lundi, et nous étions dans l'attente d'un devis pour marquer notre accord. Cela révélant un manque de communication entre eux. 

Le jour même en soirée, nous recevons un e-mail de l'électricien avec le devis... Petite surprise. Un peu plus de 500 euros (4 prises supplémentaires, une prise voo-proximus, 2 prises 4J 45, un point lumineux extérieur, un interrupteur et 3 points lumineux pour la cuisine). A notre grand étonnement, la prise pour le téléphone et la prise pour voo-proximus n'était pas compris dans l'offre Baijot ! (En effet, en relisant le contrat il est indiqué simplement "tubage télévision" !) Et il n'est prévu que trop peu de prises pour une cuisine équipée...  Ce supplément n'est pas un avenant Baijot, mais bien une facture à payer à l'électricien.... 
Par ailleurs, même si cet électricien est bien sympathique, le plan de prises qu'il nous envoie ne correspond pas tout à fait à ce que nous avions demandé : 

-  Il manquait une lampe et un interrupteur dans le bureau (mais sans doute était-ce qu'une erreur sur le plan, dont il se serait rendu compte). 
- L'alignement des lampes sur le plan n'était pas très bonne, mais le schéma ne respectait pas la proportion des pièces. 

Le travail des chauffagistes se termine le Mercredi. A notre grand étonnement, l'électricien nous informe qu'il viendra le Samedi, et non le Lundi !  Et on nous demande pour la première fois de mettre à disposition l'électricité. 
Petit couac avec l'électricité. Notre voisin avait mis à disposition une rallonge et était parti en week-end à la mer... Et il y a eu une panne de courant. L'électricien s'est donc débrouillé pour demandé au voisin d'en face, qui a gentiment accepté que l'on utilise son électricité. 

Ils travaillent à deux, et ça avance très vite ! Plus que les câbles pour les lumières dans la cuisine, et mettre en place quelques câbles. 
Le Lundi, l'électricien revient et clôture le boulot. 


Pour l'histoire, lors du mail que nous avions reçu du chef de chantier (concernant les radiateurs et l'électricien), il nous avait envoyé un peu plus tard un second mail avec l'avenant pour le supplément alimentation en eau froide du frigo. dans ce mail, il nous demande de proposer un créneau horaire pour une visite de chantier (il a en effet l'habitude de faire une visite de chantier juste avant le plafonnage). Je suis de récupération de garde le Lundi ; je lui propose donc cette date. Il me répond rapidement "Ok, c'est noté pour ce Lundi". 

8h00 le Lundi 03/06, après 24h d'activité à l'hôpital je me rend rapidement sur le chantier pour rencontrer le chef. A ma surprise, il n'est pas là. Je ne perd pas trop de temps pour lui téléphoner et lui demander si ce rendez-vous est toujours maintenu. Au téléphone, j'entend un "blanc" de malaise durant quelques secondes ; il n'a rien indiqué dans son agenda à ce sujet...  Bon, ... Il est dans le coin et devrait repasser en début d'après midi. Je profite de l'avoir au téléphone pour aborder plusieurs points : 

1- "Il n'existe pas de raccordement entre le trop plein de la citerne et la cambre de visite donnant vers l'égout." J'avais déjà abordé ce point, et il n'avait pas très bien compris ma question. Cette fois, il semble mieux comprendre mais admet ne pas se souvenir tout à fait du plan d'égouttage. Il m'explique que l'entreprise ne fait que le raccordement jusqu'à la dernière chambre de visite, mais ne réalisé pas le raccordement vers l'égout. Ca, j'avais bien compris. Mais donc cela signifie bien qu'un raccordement est supposé exister entre cette chambre de visite qui va vers l'égout et la citerne. Hors, ce n'est pas le cas. Il me dit avoir voulu créer ce raccordement en passant par le vide ventilé, mais que les ouvriers lui avaient indiqué que trop de tuyaux passaient par là, et que ce ne serait pas possible compte tenu du dénivelé. Mais donc ? .... 

2-"Il existe une hétérogénéité dans la couleur des tuiles" ; j'avais déjà abordé la question, et il me répète encore que c'est normal, que c'est probablement lié à la poussière et qu'il faut attendre quelques pluies. Je lui demande donc combien de temps il pense que cela durera. Il me répond "Ah ça ! C'est comme une tâche sur un t-shirt..." Je l'interrompt en lui faisant remarquer que "si ça dure 15 ans, c'est tout de même embêtant !" Ce à quoi il a rigolé en disant que ce serait plus court que cela, qu'au bout de quelques pluies tout sera parti. Et que les couvreurs n'auraient jamais posé les tuiles s'ils ne pensaient pas que c'était lié à la poussière de la disqueuse. 

3- "Quand aura lieu le plafonnage ?" ; au moment de cette discussion, c'est toujours prévu le Mardi (donc le lendemain de notre conversation. Hors, au même moment, l'électricien n'était pas venu poursuivre son travail. Et l'électricien lui aurait communiqué que c'était impossible pour lui de terminer pour le Mardi.  Quelques heures plus tard, l'électricien était bien là pour terminer son boulot afin que le plafonnage puisse suivre le Mardi). Manque de communication visiblement puisque le chef de chantier avait convenu, suite à sa discussion avec l'électricien,  de repousser le plafonnage au Jeudi, mais n'en avait pas encore informé les plafonneurs au moment de notre conversation. 

Finalement, A 17h, je me suis douté qu'il ne passerait pas. Effectivement, en lui envoyant un sms, il me répond qu'il n'a pas eu le temps de passer. 
Entre temps, l'électricien est bien venu et a terminé tout son travail. Pour que le plafonneur passe le lendemain ! Il était en effet venu du Samedi pour respecter le timing imposé. J'ai indiqué dans ce sms que c'était terminé pour l'électricien. Mais sans doute trop tard, car le plafonnage n'a pas suivi le lendemain. 


P.S : nous remarquons, lors de l'électricité, qu'il y a des flaques d'eau un peu partout au rez de chaussée. En effet, de l'eau s'écoule au niveau des hourdis. Sans doute provoqué par le forage. Les hourdis étant creux, ils sont peut être gorgés d'eau. Espérant que cela ne pose pas de problème au moment du plafonnage. D'après un ami qui a construit récemment avec Baijot, pas de crainte à avoir.  

ma maison baijot